L’hirondelle

L’hirondelle

Vous avez dit rustique ?

Un beau jour d’avril, les messagères du printemps animent à nouveau nos maisons de leurs acrobatiques ballets aériens
Les hirondelles, très familières, sont généralement connues de tous.

Pourtant peu d’entre nous ont déjà remarqué qu’il en existe plusieurs espèces. La plus commune autour de nos maisons est sans doute l’hirondelle rustique, autrefois appelée « hirondelle de cheminée ». Elle se distingue de ses cousines par sa taille plus imposante (19 à 22 cm de long) et sa queue très fourchue. Son plumage est bleu sombre métallique sur le dessus du corps, crème en dessous. Sa gorge est de couleur rousse.

Cette élégante hirondelle est la seule à nicher à l’intérieur même de nos bâtiments. Son nid ouvert, fait de boue de salive et de paille, est souvent édifié contre une poutre, dans les étables, dans les granges ou les écuries. Il accueille, en principe, deux nichées successives. L’hirondelle rustique se nourrit d’insectes (diptères notamment) qu’elle capture au vol. En août et en septembre, elle passe la nuit en dortoirs dans les roselières. Ces rassemblements préludent à la migration qui mènera les oiseaux en Afrique tropicale et méridionale.

L’espèce est actuellement en régression du fait de l’agriculture moderne (disparition des haies, traitement chimiques…) et de la modification de l’habitat humain.

MESSAGE

Moi qui suis capable de faire plus de 10 000 km avec pour seul carburant quelques grammes de graisse, avec mon profil aérodynamique, je pense plutôt être à la pointe de la technologie ! Mais je ne vous en veux pas de m’appeler “Rustique” car vous savez m’accueillir chaleureusement lorsqu’à mon retour d’Afrique, vous m’ouvrez vos portes de granges.