La pie bavarde

La pie bavarde

L’oiseau noir et blanc bavard et chapardeur !

La pie appartient à la famille des corvidés. Communément appelée « pie bavarde » (Pica pica), elle est très répandue en Europe. On compte 13 sous-espèces de pie. C’est un oiseau intelligent et très agile.

Comment reconnaître une pie ?

La pie est un oiseau d’assez grande taille qui se reconnaît par son plumage blanc sur le ventre, sur ses flancs et sur la base de ses ailes, alors que le reste de son corps est noir avec des reflets verts et bleus métalliques sur ses ailes et sa queue. Son bec puissant, ses yeux et ses pattes sont noirs aussi. La queue de la pie est assez longue, entre 20 et 30 cm. La pie est aussi reconnaissable par sa marche : elle fait de grands pas suivis de petits bonds.

La pie possède un cri bruyant et criard. On l’entend souvent jacasser dans nos parcs et jardins notamment quand les pies se regroupent.

L’habitat de la pie

À l’origine, la pie vit plutôt dans les zones agricoles ou légèrement boisées. Mais elle a tendance à se déplacer vers les zones urbaines et péri-urbaines où les pesticides, qui détruisent sa nourriture, sont moins présents qu’à la campagne et où elle n’est pas chassée. La pie trouve refuge dans les grands arbres comme les peupliers, les bouleaux, les pins ou les cèdres, mais aussi les bosquets.

Alimentation de la pie

La pie est omnivore, elle se nourrit au sol de 94% d’invertébrés (vers et limaces) dont 86 % d’insectes ainsi que de graines ou de baies. La pie apprécie également les détritus des hommes comme les miettes de pain, les oeufs ou les fruits. Comme
les corvidés dont elle fait partie, si elle ne trouve rien d’autre, la pie mange les restes de cadavres de petits animaux écrasés sur la route par exemple. On trouve aussi souvent la pie perchée sur le dos des vaches ou des moutons car elle aime se nourrir des tiques présentes dans le pelage des animaux. La pie a la particularité de creuser un trou dans la terre pour stocker pendant 1 ou 2 jours sa nourriture.

Habitude de cohabitation avec les humains

Comme la plupart des corvidés, la pie n’est pas domestiquée par l’homme, mais peut s’apprivoiser. Elle est très présente dans l’environnement de l’homme, aussi bien en zone agricole qu’en ville notamment dans les parcs, les jardins et les espaces ouverts et boisés. Elle y est d’ailleurs souvent mal-aimée et est considérée comme nuisible puisqu’elle entre en concurrence avec les pratiques d’élevage, de chasse et agricoles.
Contrairement à une opinion commune, la population des pies est globalement en régression.
Aux causes humaines s’ajoutent des facteurs naturels. La pie bavarde est peu prolifique. Le nombre des œufs par ponte est de 5,7, mais suite à la prédation qu’exercent principalement les Corneilles noires sur les nids et autres facteurs,
comme de mauvaises conditions météorologiques, le nombre de jeunes à l’envol par nid est très réduit. Ceux qui tirent et piègent les pies, incriminent leur prédation sur les jeunes du petit gibier, oiseaux et mammifères. Même les amoureux de la nature lui reprochent de piller les nids de passereaux. Les pies ne représentent pas une menace réelle pour les effectifs des autres oiseaux.

Reproduction

Pendant la parade nuptiale, au printemps, le mâle offre de la nourriture à la femelle. La pie a une seule couvée par an de 4 à 9 oeufs qu’elle couve entre 16 et 21 jours dans un nid fait de brindilles, de boue, d’herbes et de poils. Le mâle la nourrit pendant la période de nidification. Les petits quittent le nid au bout de 25 à 29 jours mais restent en famille jusqu’à l’automne. La pie vit en moyenne 15 ans. Jusqu’à ce jour, on sait que quelques-unes peuvent vivre jusqu’à 21 ans tandis que d’autres meurent au bout de 8 mois seulement.

Utile ou nuisible au jardin ?

Mal acceptée et accusée à tort de nombreux maux dans les zones rurales, la pie est classée parmi les nuisibles que l’on peut chasser. Elle est en effet accusée de piller les réserves de jeunes petits gibiers, de petits oiseaux et mammifères, alors que des études scientifiques ont prouvé qu’elle ne menace en rien ces espèces. C’est pourquoi la pie fréquente nos jardins en ville, mais, à part ses concerts de cris rauques, elle ne représente aucune nuisance pour les plantations. Elle permet même d’éliminer de nombreux insectes nuisibles.